11 août 2012

"Abraham Lincoln, chasseur de vampires"

L’un est connu pour avoir réalisé le film « Wanted : choisis ton destin », l’autre pour être l’un des réalisateurs le plus original et convoité d’Hollywood. L’un s’appelle Timur Bekmambetov, l’autre se nomme Tim Burton. C’est autour d’un livre au succès colossal, « Abraham Lincoln, chasseur de vampires » qu’ils se mettent à collaborer ensemble. Le premier comme réalisateur, le deuxième comme producteur. Quand au scénario du film, c’est Seth Grahame-Smith, l’auteur du livre, qui s’en charge. Le film, qui garda le même nom que le bouquin, sortait dans nos salles le 8 août 2012.

Des vampires ont tués la mère d’Abraham Lincoln, alors qu’il n’était qu’un enfant. Depuis, il consacre une haine féroce envers ces êtres de la nuit. Un soir, il fait la connaissance d’un chasseur de vampires qui va lui apprendre les ficelles du métier. Abraham va alors devenir à son tour chasseur de vampires et est prêt à venger la mort de sa mère …

Et voilà, encore un film qui veut réécrire l’Histoire avec un grand « H ». Ici, on nous apprend qu’avant d’être le seizième président des Etats-Unis d’Amérique, Abraham Lincoln chassait les vampires. Jouant la carte du cours d’Histoire, « Abraham Lincoln, chasseur de vampires » aurait été meilleur (en même temps ce n’est pas difficile) en jouant la carte de l’autodérision et du second degré. Car à aucun moment, on ne croit à cette histoire débile (faut dire ce qui est) et insensé, qui transforme la Guerre de Sécession en guerre vampirique. On pourrait croire que le visuel et les effets spéciaux feraient pencher la balance en faveur du film, hélas ce n’est pas le cas. Les effets spéciaux sont d’une médiocrité affligeante. Même si, pour le coup, on a le droit à de vrais vampires (prend ça dans la face « Twilight !), les scènes d’actions sont plates et navrantes. La reconstitution de la Guerre de Sécession m’a plus fait penser à la publicité pour le dernier Assassin’s Creed plutôt qu’à une scène de cinéma. Quand à la 3D, je ne peux pas dire qu’elle soit d’une utilité primordiale. Benjamin Walker, qui joue le futur président des Etats-Unis, peine à convaincre, la faute à des dialogues niais et des scènes bourrées de clichés où les acteurs sur-jouent. Dominic Cooper, qui commence à se faire une place à Hollywood, n’arrive pas, malgré sa classe incontestable, à faire décoller le film. J’avais hâte que ça se termine …

« Abraham Lincoln, chasseur de vampires » ressemble plus à une blague. J’espérais, qu’à la fin, il y ait un message du genre : « Vous y avait vraiment cru ?! On vous a bien eu ! ». Mais non, ce film n’est pas une blague pour ceux qui l’ont fait. Dommage, il aurait gagné à être une blague plutôt qu’un film qui se prend au sérieux.

Abraham Lincoln, chasseur de Vampires. De Timur Bekmambetov. Avec Benjamin Walker, Dominic Cooper, Mary Elizabeth Winstead, Rufus Sewell, Jimmi Simpson, …

Sortie le 8 août 2012.

                                     Abraham Lincoln, chasseur de vampires

Posté par William Tessier à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur "Abraham Lincoln, chasseur de vampires"

Poster un commentaire